SEM REV Centrale Nantes, 1er site français d’essai en mer pour les EMR

Les éoliennes s’éloignent de plus en plus des rivages, à la recherche de vents plus forts et plus constants. Outil de recherche unique en Europe, SEM REV, site d’essai en mer de Centrale Nantes pour les énergies marines renouvelables (EMR), s’étend sur 1 km² d’espace maritime dédié et représente 20 M€ d’investissement et 30 ans de recherche.

C’est un site de mise au point de multiples dispositifs de récupération des énergies marines en conditions opérationnelles à l’échelle 1. Le site est raccordé au réseau électrique et multi-technologies (éolien offshore, houlomoteur). Il est relié à la côte : 24 km de câble sous-marin capable de supporter une puissance de 8 MW et connecté au réseau électrique équipé de fibres optiques. Cet équipement innovant et spécifique permet de connecter, en une journée et en toute sécurité, les différents dispositifs de production d’énergie. Les prototypes concernent aussi bien les éoliennes offshore (projet Floatgen de la société Idéol, en cours de conception) que les démonstrateurs houlo-moteurs (comme le projet GEPS Techno). La base de recherche SEM REV au Croisic est reliée au site offshore. Elle héberge des chercheurs, ingénieurs et équipements de Centrale Nantes.

FLOATGEN, première éolienne en mer en France

Le premier dispositif expérimental de récupération d’énergie est prévu 2017. Dans le cadre d’un projet européen FLOATGEN, le site d’essai en mer SEM-REV va accueillir au printemps 2017 un prototype « démonstrateur » d’une éolienne flottante destinée à aller en eaux profondes. Il s’agit d’en étudier la faisabilité technique et économique. C’est une première en France : ce système d’éolienne flottante n’a jamais été expérimenté auparavant.

 

L’expertise unique de Centrale Nantes

Centrale Nantes est une grande école d’ingénieurs qui propose des parcours académiques basés sur les développements scientifiques et technologiques les plus actuels et sur les meilleures pratiques du management. Au-delà de cette formation réputée, Centrale Nantes témoigne également de liens étroits avec le monde économique par des échanges recherche-industrie. De grands groupes profitent des installations expérimentales, uniques dans leur domaine, des cinq laboratoires de recherche de l’école pour la valorisation de leurs travaux sur les technologies actuelles et futures.

Avec 15 millions d’euros  de contrats de recherche et une douzaine de chaires industrielles de recherche et d’enseignement par an, Centrale Nantes déploie une recherche académique et appliquée au meilleur niveau européen et mondial. Elle profite d’un territoire géographique d’un grand dynamisme, avec l’ambition de devenir leader sur des secteurs économiques d’avenir comme les EMR.

Centrale Nantes s’est résolument tournée vers les énergies marines renouvelables sur des domaines comme le génie océanique, l’architecture et construction navale, l’exploitation de l’énergie des océans (vent, vagues, courants), le calcul des structures, la géotechnique, les matériaux composites, la robotique, le contrôle commande…

Avec plus de 40 ans de recherches en partenariat avec le CNRS dans ce domaine, des plateformes européennes en génie océanique de 1er plan, plusieurs startups incubées à la croissance exceptionnelle, Centrale Nantes s’affirme aujourd’hui comme l’un des leaders européens pour la recherche et l’innovation sur les énergies marines renouvelables.